Plateformes de recrutement : où sont-elles attendu...

La crise de l’emploi est bien là. Notre étude révèle que plus de la moitié des répondants recherchent activement un travail ou bien guettent de nouvel...

Les néo-banques en 2020 : les Français sont-ils prêts à y adhérer ?

Propice au développement des modèles 100% digitaux, la période du Covid-19 s’annonçait comme un levier de croissance considérable pour les acteurs de la fintech. La transition vers le digital banking étant déjà bien entamée, avec notamment l’essor des néo-banques, nous avons interrogé les Français, clients de banques traditionnelles, en ligne, et de néo-banques, sur leur considération envers ces banques dernière génération.

Une confiance envers les néo-banques mitigée pour les Français

Les néo-banques sont connues par la très grande majorité des Français, telle que HelloBank, leader du marché selon 57% d’entre eux. Pour autant, elles ne semblent pas toujours faire l’unanimité. Notre étude révèle que seulement 42% leur font confiance. Un chiffre qui augmente significativement lorsque l’on s’adresse aux clients des banques en ligne (74%). À l’inverse, nous observons que 76% des clients de banques traditionnelles n’ont pas confiance en elles. 

Pour basculer vers ce nouveau type de banque, cette confiance apparaît comme levier indispensable. Parmi les Français les plus confiants, 8 sur 10 considèrent de devenir clients dans le futur. chez les plus méfiants, 44% ne sont malgré tout pas contre d’essayer. 

Comme beaucoup d’autres secteurs, la crise a aussi touché celui de la banque, avec des modifications de comportements de consommation plutôt visibles. Effectivement, près d’1 Français sur 2 déclare que le Covid-19  a eu un impact sur son intention de transférer son compte chez une néo-banque.


Les critères déterminants pour adhérer à ces banques

Les tarifs (58%) et l’autonomie de gestion (36%) sont des critères primordiaux pour les Français qui font confiance aux néo-banques. Pour convaincre un client potentiel d'y adhérer, la carte gratuite et les absences de frais de tenue de compte et de paiement semblent être des avantages majeurs. L’autonomie est aussi très recherchée, spécifiquement pour la gestion des tâches courantes comme bloquer sa carte, gérer ses plafonds ou effectuer un virement simplifié.
graphnb1-min

À l’inverse, ils sont réticents à basculer vers ces banques par crainte d’un manque d’accompagnement (29%) et de transparence (16%) avec 63% qui souhaitent avoir un solde modifié en temps réel tout comme la notification des actions sur leur compte (43%). Les conditions d’accès compliquées (15%) ou plus simplement les services ou les fonctionnalités proposées (14%) sont aussi des éléments qui peuvent déplaire.

graphnb2-min

Téléchargez notre étude complète pour accéder à l’intégralité de nos chiffres et de nos insights sur les néo-banques et découvrez : 

  • Le classement des néo-banques les plus reconnues sur le marché 
  •  Les profils de ceux qui ne leur font pas confiance et ceux prêts à y adhérer
  • Les actions à mettre en place pour convertir ces profils

Télécharger l'étude

 

Articles similaires :

Post-crise : ces critères que les Français considèreront davantage dans leurs choix de consommation

La crise que nous vivons révèle chez beaucoup d’entre nous une volonté de mieux agir et de défendre le bien commun. Si l...

La consommation change, et vous ?

La société change, et, avec elle, l’individu. Pour comprendre les nouvelles habitudes de consommation, les marques gagne...

Téléchargez notre dernière étude

Comment les consommateurs modifieront leurs comportements après la crise ? Notre étude confronte le point de vue des français aux prévisions des marques sur les attentes post-crise.

Capture d’écran 2020-06-16 à 11.54.47

Interrogez tous les profils d'individus dans 144 pays.

Réalisez simultanément toutes vos études marketing depuis une seule plateforme et obtenez des résultats uniques.

Découvrir